Formation : l’arme ultime pour gagner des parts de marché

Quand on se tourne vers le métier de prof, on ne se rend pas tout de suite compte qu’on va devoir passer par plus d’une épreuve pour faire nos preuves. Je sais que ceux qui commencent vraiment ce boulot en arrivent presque à regretter leur choix ; encore plus les années d’études en se disant qu’ils auraient pu choisir quelque chose de moins compliqué.

Pourtant, rien n’est perdu et il faut savoir prendre les bonnes dispositions pour s’en sortir en un seul morceau. Je vais vous exposer pourquoi la formation peut être considérée comme une arme ultime pour glaner quelques parts de marché.

Soyez ouvert d’esprit

Ce n’est pas parce que quelqu’un passe une remarque sur votre travail ou votre approche personnelle que ça veut dire que vous serez éternellement nul comme prof. La bonne attitude ? Prendre les remarques comme une critique sur laquelle vous allez pouvoir vous améliorer.

D’ailleurs, je vous conseille même de prendre le temps de faire une auto-critique ! pour ma part, essayer m’a donné des accès de lucidité dont je ne me serai jamais rendue compte si je n’avais pas sauté le pas.

entreprise

Ne vous impliquez pas émotionnellement

La plus grande erreur des profs reste de s’impliquer un peu trop dans leur travail. Sur le plan émotionnel, ça donne quelque chose d’assez instable qui va vite vous donner envie de changer de boulot.

Retenez mon conseil : si vous vous impliquez trop personnellement, vous n’allez jamais voir le bout du tunnel. Ce que je vous conseille de faire : prendre de la distance avec votre boulot. Ou du moins, placer une limite que vous ne devez pas franchir, quelle que soit la situation.

Dans le même temps, garder une certaine distance va vous permettre de mieux travailler en équipe. Ce qui n’est pas négligeable, quand on sait que votre travail peut compléter celui d’un autre.

Reconnaissez vos torts

Je me suis toujours dit qu’un bon enseignant n’est pas celui qui impose sa vérité contre vents et marées, mais celui qui sait reconnaitre quand il a tort. Selon moi, c’est tout simplement une attitude qu’on adopte naturellement quand on souhaite véhiculer des enseignements par le respect.

Ce n’est pas pour autant que les profs qui acceptent d’avoir tort courent les rues ! Ça fait mal à un trop gros égo, et beaucoup ne sont pas prêts à faire les efforts nécessaires pour atteindre ce niveau.